"Tous pauvres devant le mystère de Dieu"

Extrait du discours du Pape François aux fidèles musulmans, esplanade des Mosquées, 26 mai 2014
En ce moment, ma pensée va vers la figure d’Abraham, qui vécut comme pèlerin
sur ces terres. Musulmans, Chrétiens et Juifs reconnaissent en Abraham, bien
que chacun de façon différente, un père dans la foi et un grand exemple à imiter.
Il se fit pèlerin, laissant son propre peuple, sa propre maison, pour entreprendre
cette aventure spirituelle à laquelle Dieu l’appelait.
Un pèlerin est une personne qui (...)

+ Lire la suite

Dieu est dans la vie de chacun = Le Royaume est tout proche

+ Lire la suite

Le baptême sur la croix : fils, frère et mère

"Il est un baptême dont je dois être baptisé, et combien il me tarde qu’il soit accompli !" Jn 12,50
"La coupe que je vais boire, vous y boirez ; et le baptême dans lequel je vais être plongé, vous le recevrez" Mc 10,39
Le baptême de Jésus s’accomplit lors de sa Passion. Sur la croix, Jésus est pleinement fils.
"Père, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux"
"Père, entre tes mains, je remets mon esprit"
Sur la croix, Jésus est aussi pleinement frère.
"Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce (...)

+ Lire la suite

"De tout ton coeur, de toute ton âme..." : ce n’est plus moi qui aime...

Ame, cœur, esprit : 3 mots qui signifient la présence de Dieu en nous,
la Flamme d’amour qui provient de la vie même de Dieu.
Aimer Dieu « de tout son coeur », ce n’est pas aimer avec plus de « moi », de force ;
c’est au contraire laisser la place à cet Amour divin, s’effacer pour qu’il soit « tout » en mon âme.
Offrir des holocaustes (sacrifices d’animaux entièrement consumés) n’est plus nécessaire car c’est nous qui devenons des holocaustes Mc 12,33. Comme le bois s’abandonne à la flamme pour devenir feu, (...)

+ Lire la suite

Si ta main t’entraîne au péché, coupe-la (être salé au feu)

La main peut servir à saisir Dieu, dans un mouvement d’eros, comme Marie-Madeleine (« ne me retiens pas ») ; ou bien encore à gagner la vie éternelle, dans une logique d’appropriation, comme le jeune homme riche. Mais dans le Royaume la main reste ouverte : ouverte pour accueillir l’amour gratuit de Jésus, vide pour recevoir la vie éternelle.
La jambe sert à marcher vers Dieu, à suivre Jésus. Est-ce la confiance en mes talents qui me guide ? Dans mes forces physiques ? Ou une fausse image, une image (...)

+ Lire la suite

« Tu l’as révélé aux tout-petits » Mt 11,25

Pour recevoir cette révélation, il faut peut-être imiter Elie : ne pas attendre un ouragan, un coup de vent car Dieu veut se révéler dans le murmure d’une brise légère (l’hébreu dit "un bruit de fin silence").
C’est Dieu qui se révèle. Or habituellement c’est moi qui me saisis de Dieu, qui lui parle. Pour inverser cette tendance, Dieu nous conduit au désert : il plonge dans la nuit notre volonté, notre sensibilité, notre piété, notre intelligence.
Après un certain temps dans la nuit, nous pouvons sentir (...)

+ Lire la suite

Bon samaritain : la miséricorde jaillit de notre blessure

Le prêtre et le légiste « voient » l’homme roué de coups. Voir uniquement avec son œil extérieur, c’est s’en tenir aux apparences, rester à la surface des choses : un homme qui perd son sang est impur, donc non secourable. Inversement, l’observation de règles strictes de pureté leur permet d’appartenir à l’élite du judaïsme.
Jésus est venu bouleverser ce monde juif obsédé par la distinction du pur et de l’impur. C’est du cœur de l’homme que vient l’impureté Mt 15,19. Seule l’ouverture de notre cœur à l’amour (...)

+ Lire la suite

Jeune homme riche : un second souffle sous le regard d’amour de Jésus

Un homme accourt vers Jésus mais on peut penser que toute sa vie est une course. Son attention, son désir, ses actions sont tendus vers un objectif : obtenir la vie éternelle. Ce perfectionnisme va souvent de pair avec la peur de ne jamais en faire assez, de ne jamais être à la hauteur. C’est un juif scrupuleux mais certainement inquiet, au bord de l’épuisement, qui interpelle Jésus.
Jésus posa son regard sur lui et l’aima
Loin d’être une récompense destinée aux meilleurs athlètes, le regard d’amour (...)

+ Lire la suite

« Rendez à Dieu ce qui est à Dieu » : de l’image à la ressemblance

César et Dieu : deux conceptions du pouvoir. César gouverne le temporel, Dieu doit régner dans notre cœur.
A cause du péché, le coeur profond n’est pas illuminé par la charité divine. Mais l’image de Dieu
est gravée en nous : sa lumière a été déposée à la surface de l’âme. Les sacrements reçus
avec un coeur ouvert et confiant, aident l’âme à "se réchauffer", à brûler d’amour pour Dieu.
Rendre mon coeur à Dieu c’est l’abandonner à cet Amour
L’amour de Dieu en nous n’est pas inactif. Les mystiques le comparent (...)

+ Lire la suite

"Il répondit : "Oui, Seigneur !" et il n’y alla pas"

Dans quelle mesure le deuxième fils est-il fautif (Mt 21,28-32) ? Il lui manque certainement
une relation filiale avec son père. Quand ce dernier lui dit : "mon enfant, va travailler
aujourd’hui à ma vigne", il répond : "Oui, Seigneur".
Jésus veut que nous le connaissions non avec la tête, mais avec le coeur.
« Ce peuple m’honore des lèvres mais son cœur est loin de moi » Mt 14,8
Un oui prononcé du bout des lèvres n’est pas suffisant. Le coeur tout entier
doit être engagé ; c’est dans son coeur que (...)

+ Lire la suite