"Quand est-ce que nous t’avons vu... ?" : les coeurs purs "voient" Dieu

Quand on aime, on ne compte pas... Se dépenser pour les plus démunis, parce qu’ils sont les plus proches de Jésus. C’est ainsi que l’on comprend habituellement la parabole du « jugement dernier ».
Pourtant, à y regarder de plus près, c’est la surprise des brebis qui attire notre attention : « quand est-ce que nous t’avons vu... ? » Elles sont tout étonnées d’apprendre qu’elles ont servi Jésus.
La charité voulue par le Christ n’est pas de l’ordre du calcul ou du savoir. Dieu n’est pas dans un homme plus que (...)

+ Lire la suite

« Les invités n’en étaient pas dignes » Mt 22,18

Un maître organise un banquet pour ses noces. Il invite les hommes
sans condition. Il les appelle comme ils sont.
Cette invitation n’est pas spécifique à la fin des temps. Elle commence
dès maintenant : "es-tu prêt à m’ouvrir ton coeur, à accueillir mon amour ?".
Dans tes défaillances, ta sainteté ; dans tes joies, tes peines, laisse-toi aimer.
"L’Amour de Dieu est gratuit, il ne demande rien en échange. Il
demande seulement de l’accueillir." Pape François, tweet 23/6/2015
Les portes du roi sont (...)

+ Lire la suite

Pharisien ou publicain, l’important est d’ouvrir son coeur

La pointe de la parabole du pharisien et du publicain est-elle l’aveu des péchés, comme on le dit souvent ?
Le pharisien passe en revue ses qualités, se repose sur sa perfection morale. Son cœur est fermé à Dieu et aux autres.
Le publicain peut aussi verser dans l’autojustification. S’il suffisait de réciter une formule toute faite pour être sauvé, nous aurions le cœur fermé. Nous n’aurions pas besoin d’un sauveur.
Finalement, la pointe de cette parabole se trouve dans la confiance en l’Amour. Nous ne (...)

+ Lire la suite

Soixante-dix fois sept fois

Pardonner soixante-dix fois sept fois... impossible à vue humaine, pourtant Jésus fait du pardon sans limite une clé du Royaume.
Juste après cet appel radical, Jésus raconte une parabole : un homme supplie son maître de lui accorder un délai pour rembourser une dette colossale (10 000 talents). Saisi de pitié, le maître lui remet toute sa dette. Juste après le débiteur rencontre un compagnon qui lui devait une toute petite somme. Il le fait jeter en prison. Son maître lui a tout pardonné et il ne (...)

+ Lire la suite

Abraham, que nous révèles-tu du Royaume ?

Dans la parabole du riche et de Lazare, apparaît Abraham.
Comme François d’Assise, Abraham est une figure incontournable pour comprendre le Royaume.
Abraham est le père de tous les croyants, il préfigure le rassemblement de tous les hommes en une seule famille où les différences sont sauvegardées.
Le riche de la parabole n’a pas expérimenté cette fraternité universelle, il est resté dans son milieu. Sa vie au ciel est à l’image de sa vie sur terre : fermée aux autres, centrée sur lui.
Abraham est la (...)

+ Lire la suite

"Il faut que je diminue..." : Marthe Robin, E. de la Trinité et le soufisme

Mon Dieu, prenez ma mémoire et tous ses souvenirs ; prenez mon cœur
et toutes ses affections ; prenez mon intelligence et toutes ses facultés,
faites qu’elle ne serve qu’à votre plus grande gloire. Prenez ma volonté tout
entière, c’est à jamais que je l’anéantis dans la vôtre.
Non plus ce que je veux, ô mon très doux Jésus, mais toujours tout ce que vous voulez ! Prenez-moi, recevez-moi, dirigez-moi, guidez-moi ! À vous je me livre et je m’abandonne.
Ô mon Dieu, tout mon pauvre moi est à vous ! (...)

+ Lire la suite

"Pauvre pour les pauvres" : D. Bonhoeffer et Thérèse de Lisieux

Que penser des miracles ? Jésus est-il un super héros ? Pour Dietrich Bonhoeffer, c’est la faiblesse de Dieu qui opère des miracles : "il a pris sur lui nos infirmités et s’est chargé de nos maladies" écrit-il en citant Matthieu 17,1 et Isaïe.
"Dieu se laisse déloger du monde et clouer sur la croix. Dieu est impuissant et faible dans le monde, et ainsi seulement il est avec nous et nous aide. Il est manifeste d’après Mt 8,17 que le Christ ne nous aide pas par sa toute puissance, mais par sa (...)

+ Lire la suite

Indissoluble ou soluble en Dieu ?

Le Royaume signifie l’union totale avec Dieu dans notre coeur, matérialisée par l’huile de l’amour qui nous unit à l’Epoux. En mentionnant que cette huile ne peut être partagée, pas même entre conjoints, l’évangile sous-entend que c’est la relation amoureuse de chaque personne avec le Christ qui est fondamentale.
Le père Henri Caffarel évoque une "virginité du coeur" à laquelle nous sommes tous appelés, qui est "don sans réserve, totale appartenance au Christ".
L’amour conjugal nous prépare à cette (...)

+ Lire la suite

Pêche miraculeuse : "Cherchez d’abord le Royaume..."

Comment comprendre le récit de la pêche miraculeuse ? Que s’est-il passé quand Simon a rencontré Jésus ?
"Avance en eau profonde", intime Jésus à Pierre.
L’eau profonde, c’est l’Esprit Saint. L’Esprit a été répandu dans nos cœurs (Rm 5,5). Il est l’eau vive qui désaltère les profondeurs de notre être, comme Jésus l’a dit à la Samaritaine.
Ainsi donc, Jésus inviterait Pierre à "basculer dans l’esprit", à descendre dans ses profondeurs.
"La barque de l’Eglise n’a pas la puissance des grands transatlantiques (...)

+ Lire la suite

"Consacre-les dans la vérité" Jn 17,17

"L’Esprit du Seigneur est sur moi ; il m’a consacré par l’onction". Lc 4,18
Jésus parle d’une consécration parce qu’il inaugure le Royaume de l’Amour.
L’onction est celle de l’Esprit d’Amour qui imprègne et pénètre tout l’être de Jésus.
Nous avons nous aussi à recevoir cette consécration, à accueillir l’Esprit Saint et à nous laisser transformer par lui.
La vérité, c’est l’Esprit d’Amour qui fait son oeuvre en nous pour que Jésus vive en nous,
que notre coeur soit uni au Sien.
"Je suis le chemin, la (...)

+ Lire la suite

Le trésor et le coeur : deux choses qui n’en font qu’une

Dans la parabole du trésor caché dans le champ (Mt 13,44), Jésus révèle l’existence d’un trésor
dans notre terre intérieure, la terre de notre coeur : l’Esprit Saint, l’Agapé.
"Thaïs me livre un trésor, le plus pur, le plus convoité : l’Amour. Celui avec une majuscule".
Anne-Dauphine Julliand
Ce trésor habite dans les profondeurs de notre coeur. En aucun cas il doit cohabiter avec nos attachements ordinaires, situés à la surface de l’âme ; celui qui découvre le trésor le recache à nouveau.
"Tu nous as (...)

+ Lire la suite

"Tout homme qui se met en colère..."

Dans le sermon sur la Montagne, Jésus rappelle deux interdits constitutifs de la loi juive : le meurtre et l’adultère. Mais il en creuse le sens.
"Les hommes regardent l’apparence, Dieu regarde le coeur" 1 Samuel 16,7
Les pharisiens se comptaient pour des justes car ils respectaient la loi. Ils n’avaient pas commis de meurtre, ni d’adultère.
Jésus va au-delà de ce manichéisme. Il nous dit que le mal commence dans nos pensées et nos paroles :
"c’est du coeur de l’homme que viennent les pensées (...)

+ Lire la suite

Dans le Royaume, la foi disparaît

"Souvenez-vous de l’Hymne à la charité, dans la Première Epître aux Corinthiens. C’est ce très beau texte où saint Paul évoque ce qu’on appellera plus tard les trois vertus théologales, la foi, l’espérance, la charité (ou l’amour : agapè). La plus grande des trois, explique saint Paul, c’est la charité. Je peux avoir le don des langues, celui des prophéties, une foi à déplacer les montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien. Puis saint Paul ajoute en substance : tout le reste passera, seule "la (...)

+ Lire la suite