La Nouvelle Pentecôte annoncée dans l’Ancien Testament

Marthe Robin a dit que la Nouvelle Pentecôte verrait l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe sur "l’union des cœurs et l’unité des peuples".
On trouve cette idée chez plusieurs prophètes de l’AT.
Isaïe 2, 1-5
Le prophète Isaïe a reçu cette révélation au sujet de Juda et de Jérusalem : Il arrivera dans l’avenir que la montagne du temple du Seigneur sera placée à la tête des montagnes et dominera les collines. Toutes les nations afflueront vers elle, des peuples nombreux se mettront en marche, et ils (...)

+ Lire la suite

Unité des chrétiens : la porte étroite

Pour le pape François, l’unité des chrétiens adviendra « lorsque nous saurons reconnaître les dons les uns des autres et que nous serons capables d’apprendre les uns des autres... La réconciliation dans le Christ ne peut se réaliser sans sacrifice... en acceptant de mourir à nous-mêmes pour Jésus."
Il est urgent que les catholiques vivent cette démarche entre eux, analyse Mgr Eric de Moulins-Beaufort.
"Notre rôle d’évêque est d’aider les fidèles à s’estimer mutuellement. C’est-à-dire à se reconnaître (...)

+ Lire la suite

Quand l’amour enchaîne (Alphonse d’Heilly, Thérèse d’Avila...)

L’Eglise a l’habitude de pointer le manque d’amour, la difficulté à pardonner. Mais il est un écueil tout aussi grave pour la "bonne santé " de nos relations : l’amour captatif.
Ce travail de détachement a dû être difficile pour Jaïre ; aussi Jésus, en guérissant sa fille, appelle cette dernière "jeune fille". Le fait que ce récit soit entrelacé avec la guérison de la femme souffrant de perte de sang accrédite le fait qu’elle était comme enchaînée.
Dans Visage de Jésus, Anselm Grün analyse que les (...)

+ Lire la suite

Famille pour tous

"Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ?" Jésus apporte une réponse déroutante à cette interrogation, en désignant des liens bien plus vastes que ceux du sang. « Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » Le Fils de l’homme confie à ses auditeurs étonnés une pierre précieuse entre toutes pour l’édification du Royaume. N’est-il pas venu inaugurer une grande famille dans laquelle Dieu, comme un Père, veut rassembler tous les humains pour faire de nous des frères ? (...)

+ Lire la suite

Philippe Pozzo di Borgo : "Nous sommes tous handicapés"

Homme d’affaires richissime, ancien directeur des champagnes Pommery (groupe LVMH), Philippe Pozzo di Borgo se retrouve tétraplégique en juin 1993. Une épreuve supplémentaire après la mort de sa femme, Béatrice, des suites d’une longue maladie. Au bord du gouffre, il embauche Abdel Selou pour lui venir en aide. L’histoire d’Intouchables commençait...
Comment expliquez-vous le succès du film ?
Ce n’est pas un film sur le handicap physique, mais un film sur le mal-être de notre société. Nous sommes (...)

+ Lire la suite

"Benoît, trisomique, m’a fait comprendre l’amour inconditionnel de Dieu"

"Au milieu de mes deux frères, je cherchais à être le fils parfait aux yeux de mes parents", se souvient Xavier Nys, prêtre en Wallonie. Une quête de perfection qui le conduira de déception en déception. En 2000, alors qu’il a été ordonné prêtre dix ans plus tôt, le voilà de plus en plus découragé, puis totalement anéanti. "J’avais l’impression que c’était dix ans d’échec absolu. Je pensais m’être trompé." Il demande alors une autre affectation, avec en arrière-pensée l’idée que si cela échoue encore, il (...)

+ Lire la suite

Une amitié entre pauvres

Le cardinal Schönborn, archevêque de Vienne en Autriche, a pris chez lui son neveu toxicomane pendant cinq ans. Malgré l’attention qu’il lui a prodiguée, Louis-Joseph est mort d’une overdose.
Bienheureuse impuissance qui nous conduit à devenir "pauvre avec le pauvre" : ne plus chercher à faire changer l’autre, mais l’aimer pour lui-même dans les moments lumineux comme dans ses chutes. Devenir nous-mêmes fragiles en abandonnant nos masques de perfection, de toute-puissance.
"S’agit-il d’un échec (...)

+ Lire la suite

"J’ai besoin de la vérité des autres"

« La paix se brise quand commence le prosélytisme.
Il y a différentes manières de faire du prosélytisme, mais ce n’est pas l’Évangile ». François

+ Lire la suite

A la table des pécheurs

François : Je suis un pécheur... Ce n’est pas une manière de parler, un genre littéraire. Je suis un pécheur. Si, je peux peut-être dire que je suis un peu rusé, que je sais manœuvrer, il est vrai que je suis aussi un peu ingénu. Mais la meilleure synthèse, celle qui est la plus intérieure et que je ressens comme étant la plus vraie, est bien celle-ci : je suis un pécheur sur lequel le Seigneur a posé son regard. Ma devise, Miserando atque eligendo (Choisi parce que pardonné), je l’ai toujours ressentie (...)

+ Lire la suite