"Mineur" comme saint François

François a voulu que ses frères s’appellent les frères mineurs, désignant ainsi la vocation qui était la leur : être le plus petit, renoncer à tout pouvoir, avoir, situation qui feraient d’eux des « majores ».
La vocation de frère mineur nous appelle à convertir notre tendance à la domination et au pouvoir en allant désarmés vers l’autre.
Lorsque des brigands viennent spolier les frères, François demande de leur apporter du bon pain et du bon vin (voir plus bas). Alors qu’un animal ou une personne (...)

+ Lire la suite

Quand l’amour enchaîne

L’Eglise a l’habitude de pointer le manque d’amour, la difficulté à pardonner. Mais il est un écueil tout aussi grave pour la "bonne santé " de nos relations : l’amour captatif.
Dans Aimer sans dévorer, la théologienne protestante Lytta Basset analyse que le "passage de l’épée" mentionné par st Luc serait la distance indispensable à toute relation. "Je ne suis pas venue jeter la paix mais l’épée. Je suis venu séparer l’humain de son père et la fille de sa mère et la belle-fille de sa belle-mère" Lc (...)

+ Lire la suite

Une amitié entre pauvres

Le cardinal Schönborn, archevêque de Vienne en Autriche, a pris chez lui son neveu toxicomane pendant cinq ans. Malgré l’attention qu’il lui a prodiguée, Louis-Joseph est mort d’une overdose.
"S’agit-il d’un échec ? Mais qu’est-ce, au fond, qu’une vie réussie ?"
Les pauvres nous renvoient à notre impuissance. Ils nous rappellent qu’aider quelqu’un, ce n’est pas vouloir coûte que coûte le sauver, mais d’abord être proche de lui, l’aimer pour lui-même. "Quand il posait un acte positif, je (...)

+ Lire la suite

"A la Pentecôte, tout le monde semble témoigner" (C. de Chergé)

Dans le débat politique (Frère Aloïs - Eglise de Lille - mars 2014)
Pratiquer la culture du vrai débat dans le domaine politique implique une écoute sincère de l’autre. Même s’il est éloigné de mon système de pensée, voire de mes convictions profondes, j’ai l’obligation d’essayer de comprendre ce qu’exprime l’autre, de chercher le grain de vérité qui existe dans ce qu’il me dit. Trop souvent, nous refusons d’accorder le bénéfice de la sincérité à ceux qui pensent différemment de nous. Cela ne veut pas (...)

+ Lire la suite

"Sacrifie" ton fils pour devenir le père d’une multitude

Dieu a-t-il demandé à Abraham de tuer son fils ? Les commentaires de la tradition juive font apparaître une autre interprétation qui est souvent reprise dans l’exégèse biblique traditionnelle.
"On est souvent choqué par le fait que Dieu demande à Abraham de sacrifier son fils. Mais ce que Dieu demande à Abraham, ce n’est pas de tuer son fils Isaac. C’est de consentir à son émancipation. En effet, Abraham a eu son fils sur le tard, et c’est sans doute la raison pour laquelle il a une relation très (...)

+ Lire la suite

"J’ai besoin de la vérité des autres" : Pierre Claverie et C. de Chergé

De Christian Salenson, Prier 15 jours avec Christian de Chergé (page 117)
"Elisabeth a libéré le Magnificat de Marie", écrit Christian. Grâce à Elisabeth,
Marie peut entonner son chant de bénédiction. Marie n’a pas chanté le
Magnificat au moment de l’Annonciation. Le moment aurait pourtant été
bien choisi ! Elle ne dit ce chant que par et dans la rencontre avec sa
cousine. La visitation nous apprend que la rencontre n’est jamais à sens (...)

+ Lire la suite

Un monastère invisible pour vivre la fraternité

L’idée d’une vie monastique vécue dans le monde, de manière non religieuse, est commune aux différentes confessions chrétiennes et a pris corps avec le témoignage de grandes figures du 20è siècle.
"La restauration de l’Eglise viendra sans doute d’une sorte de nouveau monachisme", avait prophétisé Dietrich Bonhoeffer (1906-1945), pasteur luthérien engagé dans la résistance contre le nazisme. Alors responsable d’un séminaire où sont formés les futurs pasteurs (1935-1937), il jette les bases d’un (...)

+ Lire la suite

P. Xavier Nys : "Benoît, trisomique, m’a fait comprendre l’amour inconditionnel de Dieu"

"Au milieu de mes deux frères, je cherchais à être le fils parfait aux yeux de mes parents", se souvient Xavier Nys, prêtre en Wallonie. Une quête de perfection qui le conduira de déception en déception. En 2000, alors qu’il a été ordonné prêtre dix ans plus tôt, le voilà de plus en plus découragé, puis totalement anéanti. "J’avais l’impression que c’était dix ans d’échec absolu. Je pensais m’être trompé." Il demande alors une autre affectation, avec en arrière-pensée l’idée que si cela échoue encore, il (...)

+ Lire la suite

Philippe Pozzo di Borgo : "Nous sommes tous handicapés"

Ancien directeur des champagnes Pommery, Philippe Pozzo di Borgo est tétraplégique depuis juin 1993. Une épreuve supplémentaire après la mort de sa femme, Béatrice, des suites d’une longue maladie. Au bord du gouffre, il embaucha Abdel Selou pour lui venir en aide. L’histoire d’Intouchables commençait...
Comment expliquez-vous le succès du film ?
Ce n’est pas un film sur le handicap physique, mais un film sur le mal-être de notre société. Nous sommes tous handicapés ou abîmés d’une manière ou d’une (...)

+ Lire la suite

Tous humains, tous à l’image de Dieu

Accorde-moi, Seigneur, la grâce de chercher sans me lasser, dans chaque homme,
l’étincelle que tu y as déposée en le créant à ton image. Soeur Emmanuelle
L’idée s’impose de plus en plus clairement à moi que l’amour du prochain, de tout
être humain rencontré, même par hasard, de « toute image de Dieu », devrait
l’emporter sur l’amour fondé sur les liens du sang. E. Hillesum 11/07/43
Nous sommes tous des fils du Très-Haut ! Tous... Le plus pauvre, le plus répugnant,
un enfant nouveau-né, un vieillard décrépi, (...)

+ Lire la suite

A la table des pécheurs

François : Je suis un pécheur... Ce n’est pas une manière de parler, un genre littéraire. Je suis un pécheur. Si, je peux peut-être dire que je suis un peu rusé, que je sais manœuvrer, il est vrai que je suis aussi un peu ingénu. Mais la meilleure synthèse, celle qui est la plus intérieure et que je ressens comme étant la plus vraie, est bien celle-ci : je suis un pécheur sur lequel le Seigneur a posé son regard. Ma devise, Miserando atque eligendo (Choisi parce que pardonné), je l’ai toujours ressentie (...)

+ Lire la suite

Humaine au milieu des humains

Le chrétien n’est pas un " homo religiosus ", mais tout simplement un être humain,
comme Jésus était un homme (…).Le Christ crée en nous, non un type d’homme,
mais l’homme tout court. Ce n’est pas l’acte religieux qui fait le chrétien, mais sa
participation à la souffrance de Dieu dans la vie du monde (…) Jésus n’appelle
pas à une religion nouvelle mais à la vie.
Dietrich Bonhoeffer, pasteur luthérien allemand (1906-1945)
Je pense … que l’obligation des prochaines années… est de faire apparaître au (...)

+ Lire la suite