Vous êtes la lumière du monde = ce n’est plus moi qui vis...

JPG - 9.1 ko

Du pape François : "L’Église ne doit pas croire qu’elle brille de sa propre lumière ; elle ne le doit pas. (...) Le Christ est la vraie lumière qui éclaire ; et dans la mesure où l’Église demeure ancrée en lui, dans la mesure où l’Église se laisse éclairer par lui, elle parvient à éclairer la vie des personnes et des peuples. Etre missionnaire signifie être illuminé par Dieu et réfléchir sa lumière. Ce n’est pas du prosélytisme." Homélie de l’Epiphanie, 6 janvier 2016

A la Transfiguration, Pierre, Jacques et Jean se laissent éclairer par la lumière du Christ. Cette lumière les transfigure eux aussi. Luc fait mention d’un sommeil qui s’empare des trois disciples (Lc 9,32). Grâce aux saints du carmel, nous pouvons voir dans ce sommeil une étape de la divinisation de l’âme. Dans la vie spirituelle, écrit Jean de la Croix, l’âme connaît à un certain moment impuissance et désolation : nos facultés sont mises en sommeil, nous ne trouvons plus les mots pour parler à Dieu. C’est l’Amour de Dieu, sa lumière, qui nous travaille comme un feu, en asséchant notre piété et notre charité.

"Qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera... "
déclare Jésus juste avant l’épisode de la Transfiguration Lc 16,25.

Si nous acceptons la mise en sommeil de nos facultés, la "diminution" de notre moi,
une lumière divine s’allumera dans la profondeur de notre cœur.

JPG - 4.7 ko

"C’est le cœur, c’est-à-dire le noyau profond de la personne, que Jésus est venu « ouvrir » pour nous rendre capables de vivre pleinement la relation avec Dieu et avec les autres. Il s’est fait homme pour que l’homme, rendu intérieurement sourd et muet par le péché, puisse écouter la voix de Dieu, la voix de l’Amour qui parle à son cœur." François, Angélus 9/9/18

Le récit de la Transfiguration est encadré par deux guérisons d’aveugles : l’une à Bethsaïde (Mc 8,22-25), l’autre à Jéricho (Mc 10,46-52). Mais il est une autre maladie bien plus grave, celle de la fermeture des "yeux du coeur". La lumière qui émane de Jésus répare cette blessure originelle ; au prix d’une plongée dans la nuit douloureuse, elle s’infuse dans notre cœur, le guérit « jusqu’à ce que... l’étoile du matin se lève dans vos cœurs. » 2 P 1,19. Ainsi les yeux du coeur seront illuminés, écrit st Paul (Ep 1,18).

« Tout homme sera salé au feu » Mc 9,19

L’ange qui combat avec Jacob représente sûrement l’action de la Flamme d’amour dans l’âme. Cette flamme envahit notre volonté, notre piété, notre sensibilité afin que ce ne soit plus nous, mais l’Amour qui vive en nous. Elle brise notre "coeur superficiel", toutes les stratégies que nous mettons en place pour recevoir la bénédiction divine, les masques que nous portons pour avoir une belle image. Si nous acceptons d’être blessés à la hanche, nous recevrons un "feu nouveau" dans nos profondeurs.

La nuit est le lieu de la mission : "Vous êtes la lumière du monde".

Si notre âme connaît l’obscurité, c’est pour qu’une flamme d’amour s’allume dans les cœurs. Dans la nuit nous serons « missionnaire de la charité » comme Mère Teresa, « apôtre caché de l’amour » comme Marcel Van. A la suite de Pierre, Jacques et Jean, il nous faut « descendre dans la vallée » pour éclairer les autres.

JPG - 79.7 ko

Cette prière du cardinal John-Henry Newman, les missionnaires de la Charité la récitent chaque jour
après la communion. Nous aussi, laissons l’Amour du Christ s’infuser dans nos coeurs afin que
le soleil de l’Amour de Dieu vive dans notre coeur et celui des autres.

JPG - 111.6 ko