De l’image à la ressemblance

"Le Verbe était la vraie Lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde." Jn 1,9.

Par l’Esprit Saint, une Flamme d’amour a été répandue dans nos coeurs (Rm 5,5), spécialement dans nos blessures, nos manquements. Si je l’accueille, elle me transformera intérieurement afin que j’agisse comme un fils, un ami. La vie éternelle commence aujourd’hui quand mon coeur s’illumine : "La vie éternelle c’est qu’ils te connaissent..." Jn 17,10

Quel que soit notre parcours, ne manquons pas d’ouvrir notre coeur à cet Amour,
de nous abandonner à lui, afin que ce ne soit plus nous, mais le Fils qui vive en nous.

JPG - 78.2 ko

"Je vous le dis à tous : veillez !" Mc 13,37

A travers les sacrements, les beautés de la nature, l’amour de nos proches, la souffrance acceptée avec le coeur, nous pouvons aider notre coeur à se réchauffer, à brûler d’amour pour Dieu. L’âme qui veille est celle qui demeure dans l’Amour, sanctifiée dans la Vérité Jn 17,17.

JPG - 119.9 ko

Cette union amoureuse est précédé d’une plongée dans la nuit de nos facultés : sensibilité, piété, volonté,
intelligence. Après un certain temps dans la nuit, nous sentirons s’allumer une Flamme d’amour
dans nos profondeurs. "Dieu parle à notre coeur" Os 2,14 en infusant un amour très élevé.
Mais auparavant, l’âme est conduite au désert, dépouillée de son "moi", de sa piété.

"C’est le cœur, c’est-à-dire le noyau profond de la personne,
que Jésus est venu « ouvrir »
(...) afin que l’homme, rendu intérieurement
sourd et muet par le péché, puisse écouter la voix de Dieu, la voix de l’Amour
qui parle à son cœur." François, Angélus 9/9/18

JPG - 22.7 ko

La samaritaine entend la voix de l’Amour ; au plus intime d’elle-même s’écoulent des fleuves d’eau vive. Cette femme était vraiment pauvre, instable dans sa vie affective. Déçue par tant d’échecs, humiliée dans sa communauté, elle se rend au puits au plus chaud de la journée, espérant ainsi éviter les regards accusateurs. Jésus a soif lui aussi, soif d’amour écrit sainte Thérèse. Il demande à la femme le pain de ce jour, le pain de l’amour. Etre dépendant, vulnérable comme un enfant. La samaritaine se laisse toucher. Comme la femme pécheresse qui oint les pieds de Jésus, elle a foi en l’amour, accueille le don de Jésus. Comme le fils cadet, elle peut recevoir le vêtement de noces, le "coeur nouveau" qui est une union intime avec lui. Son oeil - son coeur profond - est dans la lumière Mt 6,23.

"Lorsque cette eau céleste commence à couler de la source dont je parle au plus profond de nous, on dirait que tout notre intérieur se dilate et s’élargit." Thérèse d’Avila

"Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps" Mt 28,20

Le temps de l’Eglise est celui de la proximité avec Jésus ; grâce aux sacrements, nous pouvons sentir l’amour de Jésus vivre en nos coeurs, dans notre coeur de pierre. Mais ce temps devra s’effacer pour laisser place au Royaume, au temps de l’intériorité. Jésus ne sera plus avec nous, mais il sera en nous. Le temple ne sera plus le bâtiment de pierre, ni le coeur de pierre, mais le coeur de chair.

Pour que la porte du Royaume s’ouvre en nos coeurs, il faut passer par la porte étroite. Etre dépouillé de la vie de Jésus, de son amour. Crier Pourquoi m’as-tu abandonné ?. Dans cette Passion renouvelée, les portes de la Mort l’emporteront.

"Il ne restera pas pierre sur pierre" Mt24,2 - "Votre maison va vous être laissée déserte" Mt23,38 - "Vous pleurez et le monde se réjouira" Jn16,20.

Si nous consentons à cette douloureuse absence, la maison de notre âme recevra une vie nouvelle dans ses profondeurs : heureux les pauvres en esprit, le Royaume des cieux est à eux. Nous pourrons dire : "Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur" Mt 24,39 car le Christ sera né en nos coeurs. La femme qui enfantait dans la douleur sera dans la joie d’avoir donné naissance à un être nouveau, un "cœur nouveau" Jn 16,21.

Cette kénose sera le lieu de la Nouvelle Pentecôte d’Amour

L’Eglise "pauvre pour les pauvres" que le pape François appelle de ses voeux, réalisera sa vocation en donnant les fruits de la Vigne à ceux qui n’ont pas connu l’Amour de Dieu. En étant plongée dans la nuit afin qu’une Flamme d’amour s’allume dans les coeurs. Ainsi serons-nous levain, lumière pour le monde, comme sainte Thérèse :

JPG - 39.1 ko

"Seigneur, vous le savez, je n’ai point d’autres trésors que les âmes qu’il vous a plu d’unir à la mienne ; ces trésors, c’est vous qui me les avez confiés, aussi j’ose emprunter les paroles que vous avez adressées au Père Céleste le dernier soir (…) : "Je vous ai glorifié sur la terre ; j’ai accompli l’œuvre que vous m’avez donnée à faire ; j’ai fait connaître votre nom à ceux que vous m’avez donnés : ils étaient à vous, et vous me les avez donnés. (…) Mon Père, je souhaite qu’où je serai, ceux que vous m’avez donnés y soient avec moi, et que le monde connaisse que vous les avez aimés comme vous m’avez aimée moi-même."

Ce "coeur nouveau" c’est la voie de l’enfance spirituelle.

JPG - 55 ko

Nous avons été créés pour être une fontaine d’amour capable de recevoir et de donner l’Amour sans condition. Mais à cause de peurs et de blessures, une carapace s’est formée autour de notre coeur : volontarisme pour mériter l’amour de nos parents exigeants ; besoin de capter, de retenir l’amour de Dieu et des autres si nous avons souffert d’un abandon... Dans ce coeur de pierre, Jésus vient déposer une étincelle de son Amour inconditionnel. Si nous la laissons nous travailler comme Jacob, nous perdrons nos armures, nos points d’appuis. Au terme de cette purification douloureuse, marquée par la disparition de "l’homme ancien", nous serons comme des enfants ; l’Esprit d’amour vivra dans nos profondeurs comme une fontaine qui reçoit et donne l’amour sans condition. La ressemblance atteint sa plénitude dans la communion d’amour entre les coeurs, dans la vie fraternelle reçue du Père, à travers son pardon.

"Moi en eux... pour qu’ils parviennent à l’unité parfaite". Jn 17,23

Marie est née immaculée, avec la flamme d’amour illuminant son âme. Mais il fallait qu’un glaive transperce son âme afin que son coeur soit brisé, élargi dans ses profondeurs : le recouvrement de Jésus, les questions et l’incompréhension de son entourage, le pressentiment de sa Passion... en méditant ces événements avec le coeur, avec l’amour des profondeurs,
le coeur de Marie produisait un "vin nouveau" pour l’humanité.

JPG - 75.4 ko