Unité des chrétiens : entrer par la porte étroite

Pour le pape François, l’unité des chrétiens adviendra « lorsque nous saurons reconnaître les dons les uns des autres et que nous serons capables d’apprendre les uns des autres... La réconciliation dans le Christ ne peut se réaliser sans sacrifice... en acceptant de mourir à nous-mêmes pour Jésus."

JPG - 10.1 ko

Il est urgent que les catholiques de France vivent cette démarche entre eux, analyse Mgr de Moulins-Beaufort.

"Notre rôle d’évêque est d’aider les fidèles à s’estimer mutuellement. C’est-à-dire à se reconnaître comme disciples du Christ quelles que soient leurs options sociales, politiques. Accepter que le jugement appartient à Dieu seul. Saint Paul le dit dans son épître aux Philippiens  : « Estimez les autres supérieurs à vous-mêmes. » Cela doit être la règle entre chrétiens, quels que soient les sujets dont nous parlons. Notre catholicisme en France est peut-être un peu trop idéologique. Dans un sens comme dans l’autre." La Croix 27/6/19.

JPG - 10.7 ko

De Frère Aloïs : Pratiquer la culture du vrai débat dans le domaine politique implique une écoute sincère de l’autre. Même s’il est éloigné de mon système de pensée, j’ai l’obligation d’essayer de comprendre ce qu’exprime l’autre, de chercher le grain de vérité qui existe dans ce qu’il me dit. Trop souvent, nous refusons d’accorder le bénéfice de la sincérité à ceux qui pensent différemment de nous. Cela ne veut pas dire que toutes les opinions se valent. Mais si nous voulons que la vérité progresse, nous devons bouger dans notre façon de penser pour sortir de nos préjugés.
Eglise de Lille - mars 2014

"Les murs qui nous divisent ne peuvent être surmontés que si nous sommes prêts
à nous écouter et à apprendre les uns des autres. La culture de la rencontre exige
que nous soyons disposés non seulement à donner, mais aussi à recevoir des autres".

Pape François, Journée mondiale de la communication, 2014

JPG - 115.2 ko

Il n’y a pas d’unité sans intériorité. Réduire les mots de notre prière
pour laisser Dieu nous parler, nous aimer au fond de notre coeur.

Ainsi l’union des coeurs se réalisera :
"Moi en eux... pour qu’ils parviennent à l’unité parfaite. Jn 17,23

"Pour le croyant, le monde ne se contemple pas de l’extérieur mais de l’intérieur,
en reconnaissant les liens par lesquels le Père nous a unis à tous les êtres". Laudato si’, 220

Le développement de notre intériorité advient à travers la croix, la "diminution" de notre prière,
de nos consolations spirituelles. Là aussi, il y a une "porte étroite".

Avant de devenir coeur de chair, coeur nouveau (renaître d’eau et d’esprit), notre âme doit mourir
- "l’homme ancien", celui du temps de l’Eglise. Dans cette épreuve nous serons "salés au feu" :
le coeur de pierre sera mort, privé de la vie de l’Esprit, en attendant d’être transformé
dans le feu nouveau que Jésus est venu jeter sur la terre (parabole des talents).

JPG - 133.3 ko

Le coeur nouveau est "capacité à Dieu" et "capacité aux autres". Dans cette lumière intérieure,
notre coeur est comme un cristal dans lequel se reflètent tous les coeurs. Pour St Macaire d’Egype :
« Le cœur est un tout petit récipient, mais toutes choses se trouvent contenues en lui. »

marthe 1 - Copie

A travers l’unité des chrétiens, l’union des coeurs sera fera.

JPG - 75.4 ko

Saint Paul écrit qu’au terme de l’histoire nous formerons un seul Homme nouveau (Eph 2,15) comme si l’unité était si forte que nous puissions parler à ce moment-là d’un Homme, alors que l’humanité est faite d’une foule immense de personnes.

"Au terme de la construction du Corps du Christ, nous devons parvenir, tous ensemble, à ne faire plus qu’un dans la foi et la connaissance de Fils de Dieu, et à consti­tuer cet Homme parfait, dans la force de l’âge, qui réalise la plénitude du Christ" (Eph 4,13).

Ce dessein existe dès le commencement. Quand Dieu dit : "Faisons l’adam à notre image", il ne dit pas “Créons monsieur Adam", ni "Créons les hommes mâles". Non, il dit "Créons l’humanité, le genre humain". Le premier homme contenait en lui l’humanité tout entière, c’est-à-dire toutes les âmes à venir. Dans la Genèse, le Fils de l’homme succède au Fils de la terre. Ne serait-ce pas le corps mystique de Jésus, celui qui récapitule tous les hommes, dans leur diversité, comme le suggère le montage ci-contre réalisé par les lycéens de Péronne (Somme) en 1982 ?

Les jours du "Fils de l’homme" Mt 25,32, étape dramatique dans l’histoire de l’humanité, seraient alors la révélation de Jésus dans nos coeurs, afin qu’ils soient illuminés dans leurs profondeurs : "l’une sera prise, l’autre laissée" Mt 24,41.

L’unité des chrétiens est peut-être la « génération » Mt 24,34 qui doit préparer l’avènement du Fils de l’Homme lorsque les temps seront accomplis. Cette « génération » a pour tâche de mettre au monde Jésus, afin que son image prenne peu à peu forme dans les âmes, la nôtre et celle des autres.