Parabole du festin : "les fils du Royaume seront jetés dehors" Mt 8,11

Un roi organise un banquet pour ses noces Lc 14,15-24. Cette invitation n’est pas spécifique à la fin des temps, elle est adressée à chaque instant de notre vie : "es-tu prêt à m’ouvrir ton coeur, à te laisser aimer par moi ? A recevoir le Royaume comme un enfant ?".

"L’Amour de Dieu est gratuit, il ne demande rien en échange.
Il demande seulement de l’accueillir." Pape François, tweet 23/6/2015

Les portes du roi sont ouvertes, ce sont les invités qui refusent  d’entrer.

JPG - 13.7 ko

Leur coeur se laisse séduire par le travail, l’image sociale. L’invité qui vient de se marier a un amour préférentiel pour sa famille. Dans cette parabole, Jésus nous demande de le mettre à la première place dans nos coeurs. Cela veut dire lui consacrer du temps afin qu’une relation intime puisse se nouer avec lui.

Peut-être que les invités font des efforts pour mériter l’amour de Dieu. Ils s’investissent dans le travail et la vie de famille pour gagner leur salut, montrer qu’ils sont de "bons chrétiens". Pour le pape François, les invités qui se dérobent ont « peur de la gratuité de Dieu : elle est si grande qu’elle fait peur » (homélie du 5/11/14). Refusant de se présenter devant Dieu "les mains vides", comme Thérèse de Lisieux, ils mettent leur confiance dans ce qui les sécurise.

La première invitation s’adresse à l’Eglise, aux chrétiens fidèles. Déçu par leur ingratitude, le Seigneur convoque des "estropiés" : c’est le temps du Royaume.

Contrairement aux premiers invités, les boiteux et les estropiés ne peuvent rien par eux-mêmes. Ils ont une vie cabossée, comme le bon larron. Mais ils ont confiance : leur cœur est ouvert et disponible.

Et si nous acceptions de nous présenter à Jésus tels que nous sommes, avec nos manques, nos limites et nos faiblesses, en ne doutant pas qu’il nous saura toujours nous accueillir comme nous sommes, et non pas comme nous rêverions d’être ?

JPG - 44.3 ko

Le vêtement de noces symbolise le salut qui est un don. Ce vêtement est remis par le père
au fils qui s’est détourné de lui - Lc 15,22
.

JPG - 13.7 ko

C’est Dieu qui nous sauve, à condition de demeurer dans la confiance, de "briser" notre coeur superficiel, nos sécurités. Le fils cadet n’a rien pour le sauver, mais il sait que son père l’attend avec un coeur rempli d’amour et s’en remet à lui, comme un enfant. Alors le Père le revêt de sa ressemblance qui est une union intime avec lui. Le vêtement de noces représente le « cœur nouveau », le coeur du Fils qui aime en nous. "Beaucoup viendront de l’Orient de de l’Occident prendre part au festin du Royaume... Mais les fils du Royaume seront jetés dehors". Mt 8,11

Un des invités n’a pas le vêtement de noces. Mais le roi l’invite à son festin car il veut que "tous les hommes soient sauvés" 1Ti 2,4. A la fin du monde il proposera son Amour à ceux qui endurent "pleurs et grincements de dents". Mais le Royaume n’est pas la passivité, l’homme doit s’engager lorsque le roi l’invite au festin de l’Amour. Las, il reste muet. Il aurait pu dire : « j’ai confiance en ton amour » ou « chasse de mon cœur toute crainte ». Par orgueil ou par peur, il se ferme à l’Amour et ce faisant, se condamne lui-même. A une soeur de son carmel, Thérèse de Lisieux
avait dit : « Ma Sœur, vous voulez de la justice de Dieu, vous aurez de la justice de Dieu.
L’âme reçoit exactement ce qu’elle attend de Dieu. »

"La multitude est appelée, mais les élus sont peu nombreux"

Dans cette parabole, il n’est pas question de la sévérité du maître, mais de la responsabilité des hommes. Ce sont eux qui se considèrent indignes. Les pharisiens se reposent sur leur perfection morale et se laissent séduire par l’image sociale ; l’homme sans vêtement n’a pas été jusqu’au bout de la confiance. La bonne démarche consiste à m’ouvrir à Dieu, quels que soient mon parcours et mes péchés, et à m’abandonner à son Amour. "Pour les hommes c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible"...

"A la fin, mon Coeur Immaculé triomphera"