Multiplication des pains : le semeur sème l’amour

Trois jours durant, le semeur a semé la Parole, répandu l’Amour dans le cœur des foules sans berger, des cœurs affamés.

Jésus comble de biens les affamés Lc 1,53, ceux qui ont faim d’amour.

JPG - 22.7 ko

La femme qui parfume les pieds de Jésus a beaucoup aimé, au sens d’eros ; elle a cherché l’amour, comme la samaritaine. Inversement, ceux qui croient posséder la vérité de l’amour, qui sont comblés par leur style de vie, leur suffisance, n’ont pas le cœur pauvre. Jésus ne peut vivre en eux.

N’ayons pas peur de lui présenter nos manques.

Un conjoint adulé ou au contraire une difficulté avec un enfant, la recherche du bien-être matériel... Présentons-lui nos soifs, nos recherches de sécurités. Ouvrons-lui nos cœurs avec confiance : sur nos épines et nos pierres intérieures, le semeur continue à semer l’Amour afin de désencombrer notre coeur. Quels sont les lieux et les moments où je peux m’abreuver à la Source véritable ? Me laisser réchauffer au contact de sa Flamme ?

Il avait soif d’amour...

JPG - 8.7 ko

Jésus demande à ses disciples les pains et les poissons dont ils disposent, comme il demande à boire à la samaritaine : « Il avait soif d’amour », écrit Thérèse de Lisieux. Sa soif donne la vie.

« Voilà donc tout ce que Jésus réclame de nous, il n’a point besoin de nos œuvres,
mais seulement de notre amour (...) En disant : « Donne-moi à boire », c’était l’amour de sa pauvre créature que le Créateur de l’univers réclamait. Il avait soif d’amour…"
Thérèse de Lisieux (Ms B, 1v)

JPG - 84.4 ko

La mention des trois jours le suggère : l’épisode de la multiplication des pains a certainement
à voir avec la Passion dans laquelle Jésus devient pain vivant, pain d’amour pour la multitude.
Mt 15,32 et Mc 8,1 mentionnent une seconde multiplication. Peut-être s’agit-il de la Passion de l’Eglise ?

La multiplication prend alors une dimension eschatologique, comme la pêche miraculeuse :
le filet empli de poissons représente les âmes qui ont reçu la vie de Dieu pendant
que nous étions dans la nuit. Ainsi serons-nous « pain vivant », « nourriture de l’Amour » pour le monde.

JPG - 93.8 ko
JPG - 74.8 ko

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement »

Les ouvriers de la moisson connaissent la mort spirituelle, comme le grain de blé.
Comme Jésus a donné sa vie, nous devons donner notre vie - l’amour de Dieu - à nos frères.
Proclamer que le Royaume est proche, c’est être pauvres de cœur afin que le Royaume vive chez les autres.
Ainsi nous accomplirons les mêmes œuvres que Jésus : guérir les malades, expulser les démons...

"Rien ne me tient aux mains. Tout ce que j’ai, tout ce que je gagne, c’est pour l’Eglise et les âmes,
confie Thérèse de Lisieux. Que je vive jusqu’à quatre-vingts ans, je serai toujours aussi pauvre."

"Seigneur, vous le savez, je n’ai point d’autres trésors que les âmes qu’il vous a plu d’unir à la mienne."

JPG - 46.6 ko