Parabole du festin : "c’est la confiance qui nous conduit à l’Amour"

JPG - 13.7 ko

Célébrer les noces avec Dieu, c’est vivre de son amour au plus intime de notre âme, dans la "chambre" de notre coeur. A chaque instant de notre vie, Dieu frappe à la porte : "es-tu prêt à m’ouvrir ton coeur ? A recevoir mon Amour comme un enfant ?".

Dieu appelle, Dieu fait les premiers pas, mais les invités ne s’approchent pas beaucoup de lui. Leur coeur se laisse séduire par le travail, le bien-être matériel, le besoin de reconnaissance. L’invité qui vient de se marier a un amour préférentiel pour sa famille.

Dans cette parabole, Jésus nous demande de le mettre à la première place dans nos coeurs. Cela veut dire rechercher son Amour comme un trésor, passer du temps avec lui, laisser notre coeur se réchauffer au contact de sa Flamme.

La première invitation s’adresse à l’Eglise, aux chrétiens fidèles. A la fin des temps, une grande grâce descendra sur la terre à travers de multiples serviteurs :
Thaïs de Rosanbo, l’eucharistie, les apparitions de Medjugorje, le CD Vivre d’amour...

Blessé par l’indifférence des invités, le Seigneur révèle son amour aux "estropiés" :
c’est le temps du Royaume.

Un autre enseignement de cette parabole mérite d’être souligné : ce n’est pas notre vertu
qui nous rend agréables aux yeux de Dieu.
Au contraire : il délaisse les 99 brebis
qui mettent leur confiance dans leur vertu et va à la recherche de la brebis perdue,
désireux de communiquer son Amour aux âmes qui attendent tout de lui.

Aussi les premiers invités peuvent espérer avoir le Royaume dans leur coeur malgré leur infidélité.

JPG - 71.4 ko

Le vêtement de noces symbolise le salut qui est un don. Ce vêtement est remis par le père
au fils qui s’est détourné de lui - Lc 15,22.

Le fils cadet ne peut se prévaloir d’aucun mérite, mais il a foi dans l’amour de son père et s’en remet à lui,
comme un enfant. Dans cet Amour inconditionnel il se repent sans peur ni honte.

Alors le Père le revêt de sa ressemblance qui est une union intime avec lui. Le vêtement de noces représente le « cœur nouveau », le coeur du Fils qui aime en nous. "Beaucoup viendront de l’Orient de de l’Occident prendre part au festin du Royaume... Mais les fils du Royaume seront jetés dehors". Mt 8,11

Les fils du Royaume seront jetés dehors... mais le roi les invite à son festin car il veut que "tous les hommes soient sauvés" 1Ti 2,4. Il ne peut se résoudre à ce que des âmes soient perdues pour toujours, dans les "pleurs et les grincements de dents". Mais le Royaume n’est pas la passivité, l’homme doit s’engager lorsque le roi l’invite. Las, il reste muet. Il aurait pu dire : « j’ai confiance en ton amour » ou « chasse de mon cœur toute crainte » . Par orgueil ou par peur, il se ferme à l’Amour et ce faisant, se condamne lui-même.

Dans cette parabole, ce n’est pas la sévérité du maître qui est pointée, mais la responsabilité des hommes : ce sont eux qui s’excluent de la communion avec Dieu en raison de leur manque de confiance.

L’homme qui garde le silence commet le péché contre l’esprit, "qui n’est pardonné ni dans ce monde, ni dans l’autre Mt 12,31". A rebours de cette fermeture du coeur, prions l’Esprit Saint de nous garder dans la confiance, abandonnons-nous à son Amour : telle est la conversion qu’il nous appartient de vivre "en ce monde". Les âmes nées d’eau et d’esprit entreront dans le Royaume petit à petit, en fonction de leur degré d’union avec le Seigneur.

"A la fin, mon Coeur Immaculé triomphera"

L’annonce de Marie à Fatima semble signifier qu’à la fin du monde, de "l’autre monde",
le coeur de tous les hommes resplendira de l’Amour de Dieu, la peur sera vaincue :

« l’amour parfait chasse la crainte » 1 Jn 4,18