Vierges sages : Quand il viendra, trouvera-t-il l’amour dans les coeurs ?

Le passeport pour le Royaume des cieux, c’est l’Amour. Non un amour humain, mais un amour divin. Les 10 vierges sont nées d’eau et d’esprit ; la Flamme d’amour qui est la vie même de Dieu vit dans leurs profondeurs. Pour st Augustin : « La virginité de la chair appartient à un petit nombre, la virginité du cœur doit être le fait de tous. »

JPG - 11.6 ko

Comment devenir une âme embrasée d’amour ? Pour les hommes, c’est impossible... L’essentiel est d’accueillir avec confiance le talent de l’Amour, de le laisser vivre dans nos fragilités. Placer notre argent à la banque, c’est abandonner notre âme à l’Amour, écrit sainte Thérèse :

"Ta Thérèse ne se trouve pas dans les hauteurs en ce moment, mais Jésus lui apprend à tirer profit de tout, du bien et du mal qu’il trouve en soi. Il lui apprend à jouer à la banque de l’amour, ou plutôt non il joue pour elle sans lui dire comment il s’y prend car cela est son affaire et non pas celle de Thérèse, ce qui la regarde c’est de s’abandonner, de se livrer sans rien se réserver, pas même la jouissance de savoir
combien la banque lui rapporte. » LT 222

JPG - 52.5 ko

L’abandon s’apparente à une mort. Ne plus s’accrocher à un groupe de prière, à nos consolations,
c’est mourir. Le départ du Christ dans la parabole des talents annonce le veuvage de l’Eglise,
la mort du grain de blé : C’est pour peu de temps encore que je suis avec vous Jn 13,33.

Si nous endurons la souffrance avec le coeur, avec la persévérance
du grain de blé Mt 8,15 - Lc 21,19, l’âme sera divinisée, « amorisée ».

La porte du Royaume s’ouvre dans le cœur des dix vierges, dévoilant un Amour jusque-là inconnu, une connaissance intime de l’Amour de Dieu. Dans cet Amour se trouvent la joie et la paix du roi.

JPG - 10.2 ko

« L’âme rend à son Bien-aimé la même lumière et la même chaleur qu’elle a reçues de lui, parce que, comme elle est ici une même chose avec lui, elle est en quelque façon Dieu par participation... Ainsi elle donne Dieu à Dieu même, en Dieu. Et cela est l’entier et vrai don que l’âme fait à Dieu. » Jean de la Croix, VF 3,6

Jésus nous donne l’agapè, Son Amour, qui est la vie même de Dieu. Nous lui rendons Son Amour lorsque nous vivons de cet amour : "Je donne ma vie pour la recevoir de nouveau" Jn 10,16. "Tout ce qui est à moi est à toi".

Veiller c’est demeurer dans l’Amour.

Pendant le temps de l’Eglise, les vierges sages ont aidé leur coeur à se réchauffer (adoration, eucharistie...). Elles sont passées par la « porte étroite » du pardon des offenses, de la perte sous toutes ses formes (attachements humains, nuit de la foi, responsabilités).

"Pour survivre, l’amour doit se nourrir de sacrifices." Mère Teresa

« Je ne vous connais pas » : les imprévoyantes ont le coeur pur mais leur "diminution" n’est pas assez intense pour entrer dans les seuils plus profonds de l’union à Dieu. Comme les invités qui se dérobent, elles se sont laissé séduire par l’esprit du monde (ambition sociale et spirituelle, volontarisme). Elles vont chercher l’amour chez les « marchands », ceux qui réalisent des prodiges. Jésus nous met en garde : puisque "le Royaume est en nous" Lc 17,23, abandonnons-nous à lui, faisons-lui confiance.

Les serviteurs qui gardent leur lampe allumée, le maître les fera passer à table Mc 12,35 ; il versera son Amour dans l’outre de leur cœur. Thérèse d’Avila compare l’âme à un palais que le Seigneur lui-même agrandit « jusqu’à ce qu’il puisse contenir ce qu’Il dépose en Lui ».

"Lorsque cette eau céleste commence à couler de la source dont je parle
au plus profond de nous, on dirait que tout notre intérieur se dilate et s’élargit."

Alors Jésus vivra en nous, unira son Amour à notre amour-agapè : L’une sera prise, l’autre laissée.

JPG - 10.6 ko

Thérèse à Van : "Dieu a soif de nos pauvres petits cœurs sortis de ses mains créatrices, où il a déposé une étincelle d’amour provenant du foyer même de son Amour. Son seul désir est de recueillir ces étincelles d’amour et de les unir à son Amour infini, afin que notre amour demeure à jamais dans le sien. Ainsi, la force d’attraction de l’Amour nous attirera dans l’éternelle patrie de l’Amour."

"Dieu ne verse sa grâce et son amour dans une âme qu’à proportion des dispositions et de l’amour qu’il trouve en elle. Le véritable amant doit donc faire en sorte que chez lui cette flamme ne manque jamais. Par là il inclinera en quelque sorte Dieu à lui porter toujours plus d’amour et à prendre en lui ses délices." Jean de la Croix - CS 13,12

Focus sur le troisième serviteur.

Ce serviteur fait de bonnes actions et respecte les commandements, mais il ne laisse pas l’Amour agir en lui. Comme le fils aîné, son action est nulle, vaine : « hors de moi, vous ne pouvez rien faire ».

"Celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a." Celui qui n’agit pas en union avec Dieu, se fera enlever les personnes et les biens auxquels il est attaché, ses actions charitables.

JPG - 43.4 ko

Si nous laissons l’Amour de Dieu nous transformer dans nos profondeurs, nous deviendrons "capacité d’amour", coeur nouveau. Sainte Thérèse nous dit que le troisième serviteur aurait reçu une âme aussi belle et glorieuse que le serviteur des 5 talents :

JPG - 11.6 ko

"Une fois, je m’étonnais de ce que le Bon Dieu ne donne pas une gloire égale dans le Ciel à tous les élus, et j’avais peur que tous ne soient pas heureux. Alors Pauline me dit d’aller chercher le grand verre à papa et de le mettre à côté de mon tout petit dé, puis, de les remplir d’eau, ensuite elle me demanda lequel était le plus plein. Je lui dis qu’ils étaient aussi pleins l’un que l’autre et qu’il était impossible de mettre plus d’eau qu’ils n’en pouvaient contenir. Pauline me fit comprendre qu’au Ciel le Bon Dieu donnerait à ses élus autant de gloire qu’ils en pourraient contenir et qu’ainsi le dernier n’aurait rien à envier au premier." Ms A,19

Le troisième serviteur était le plus avantagé. Le maître connaissait son coeur, savait qu’il n’était
qu’un petit dé. Inversement, celui qui reçoit 3, a fortiori 5 talents, vit sous le "joug de l’Amour Mt 11,30",
expérience douloureuse s’il en est : "à qui l’on a beaucoup donné, l’on demandera davantage".

Il est le plus avantagé mais il enterre son talent. Il ne laisse pas l’amour agir en lui.
La peur de se laisser aimer, de s’abandonner, ne serait-elle pas le péché contre l’Esprit ?
En s’excluant de la communion avec Dieu, il se condamne à la mort spirituelle.

"Un amour fort comme la mort"

Pour st Augustin, "une vierge a beau être sage, elle ne peut éviter la nécessité de la mort. Qu’elles soient folles, qu’elles soient sages, toutes s’endorment du sommeil de la mort".

C’est Jésus qui vient vers l’âme, l’incorpore dans son amour.

JPG - 34.6 ko

" Aussi longtemps que tu le voudras, ô mon Bien Aimé, ton petit oiseau restera sans forces et sans ailes, toujours il demeurera les yeux fixés sur toi, il veut être fasciné par ton regard divin, il veut devenir la proie de ton Amour. Un jour, j’en ai l’espoir, Aigle Adoré, tu viendras chercher ton petit oiseau, et remontant avec lui au Foyer de l’Amour, tu le plongeras pour l’éternité dans le brûlant Abîme de Cet Amour auquel il s’est offert en victime…" (Ms B,5v)

"Plus il veut donner, plus il fait désirer, jusqu’à faire en nous le vide complet, pour nous remplir de ses biens", écrit st Jean de la croix. Le mystique espagnol compare l’âme "au vase vide qui attend qu’on le remplisse, à l’affamé qui aspire à sa nourriture, à l’homme suspendu en l’air qui manque de tout appui.
Tel est l’état de l’âme embrasée d’amour".

Cette souffrance est féconde pour le monde. Les villes reçues en gestion sont peut-être
les âmes enfantées par notre notre souffrance. N’oublions pas que le retour du Christ
représente la disparition de l’Eglise et l’avènement de son règne dans les coeurs.

"Je n’ai point d’autres trésors que les âmes qu’il vous a plu d’unir à la mienne", écrit sainte Thérèse.

JPG - 37.3 ko
JPG - 62.4 ko