Thaïs, une âme embrasée d’amour

"De même qu’avec une toute petite flamme faible et tremblante, on peut allumer
un grand incendie, ainsi le bon Dieu se sert de qui il veut pour étendre son règne.
Un livre ordinaire, profane même, peut y servir." Thérèse de Lisieux, CSG 161

JPG - 10.9 ko

"S’il ne devait y avoir qu’une nuit, ce serait celle-là. (...) Thaïs est allongée sur son lit, immobile, comme toujours. (...) Je la croyais endormie mais ses yeux me fixent, grands ouverts. Leur intensité brutale m’est inconfortable. Thaïs ne voit plus ; son regard aveugle me transperce soudain. Et se fraie un chemin jusqu’à mon cœur. Il me faut du courage pour soutenir ce regard. Et m’y abandonner. Le temps s’arrête. Je ne suis pas sûre que mon cœur batte encore. Plus rien n’existe que ces yeux d’ébène. Là, dans le tréfonds d’une nuit d’hiver, les yeux rivés dans ceux de ma fille, sa main serrée dans la mienne, nos cœurs, nos esprits et nos âmes en communion, je comprends. Enfin. Ca me fait l’effet d’une bombe aveuglante. Sans un mouvement et sans un mot, Thaïs me livre un secret, le plus beau, le plus convoité : l’Amour. Celui avec une majuscule. "
Deux petits pas..., page 220

JPG - 1.3 Mo

Témoignages écrits sur le livre d’or du site www.deuxpetitspas.com

  • Je viens de refermer le livre, il est 22h à Montréal, et j’ai le coeur tout détrempé, rempli d’amour pour cette petite fille qui a su voir et faire jaillir la lumière autour d’elle... Je n’ai pas la foi mais je crois en l’amour.
  • Thaïs continue de répandre l’amour dans les coeurs comme elle le faisait pour tous ceux qui venaient lui rendre visite et qui prenaient soin d’elle. Elle me reste présente au coeur.
  • Thaïs, tu sais, toi qui es là-haut aujourd’hui, je ne peux m’empêcher de croire que tu as été envoyée pour nous faire comprendre la plus belle chose de la vie : le coeur, l’amour pur.
JPG - 268.1 ko
  • Un immense merci pour Thaïs que nous prions beaucoup afin qu’elle nous enseigne l’Amour, elle qui en est une si belle preuve !
  • Ce livre m’a appris que la plus belle chose qui existe dans le monde, c’est l’amour. Et que même sans la vue ni l’ouïe et en étant paralysé, on peut ressentir de l’amour et surtout en donner aussi !

Etre missionnaire ce n’est pas faire des choses pour Dieu, c’est d’abord se laisser imprégner par son amour pour que ce feu se propage d’âme en âme.

Cette "nouvelle évangélisation", Thérèse la théorise à partir de ce verset du Cantique des Cantiques :
" Attire-moi, nous courrons à l’odeur de vos parfums. " (Ct 1,3)

O Jésus, il n’est donc même pas nécessaire de dire : " En m’attirant, attirez les
âmes que j’aime ! " Cette simple parole : "Attire-moi" suffit. MsC,33v

Voici ma prière, je demande à Jésus de m’attirer dans les flammes de son amour,
de m’unir si étroitement à Lui, qu’Il vive et agisse en moi. Je sens que plus le
feu de l’amour embrasera mon cœur, plus je dirai « Attire-moi », plus aussi
les âmes qui s’approcheront de moi courront avec vitesse à l’odeur des
parfums de leur Bien-Aimé. Car une âme embrasée d’amour ne peut rester inactive. MsC 36

JPG - 52.3 ko

"Le Royaume vous sera enlevé" Mt 21,43

Comme un sarment uni à la Vigne qu’est le Christ, l’Eglise produit son fruit : l’amour, le pardon, la paix. Grâce aux sacrements, l’agapè du Christ et les dons de l’Esprit grandissent dans le coeur des fidèles.

JPG - 13 ko

Pour que le Royaume advienne dans sa plénitude, il faut que l’Eglise s’efface, comme Jean Baptiste. De cette mort, jaillira un fruit "pour la multitude", comme le grain porte beaucoup de fruit en tombant en terre.

Les "ouvriers de la moisson" sont ceux qui auront le coeur broyé par la souffrance, comme le grain de blé moulu pour fabriquer le pain. Les ouvriers de la vigne sont ceux qui donneront le produit de leur travail aux ouvriers de la dernière heure. Par leur persévérance (hypomenè) amoureuse, ils endureront leur souffrance avec le coeur afin qu’une flamme d’amour s’allume dans les coeurs. Alors l’Eglise réalisera le voeu du pape François : être pauvre pour les pauvres.

Pour Charles de Foucauld :
"Dieu construit sur le néant. C’est par sa mort que Jésus a sauvé le monde ; c’est par le néant des apôtres qu’il a fondé l’Eglise". On pourrait ajouter : "C’est par le néant de l’Eglise que le Royaume va advenir".

Quand l’Eglise sera devenue aussi petite qu’une graine de moutarde Mc 3,31, qu’elle aura perdu toute fécondité aux yeux du monde, elle étendra ses longues branches dans l’invisible : les âmes viendront y trouver la nourriture de l’Amour. Le produit de la vigne ne nous appartient pas : à la Nouvelle Pentecôte, "l’Amour nous sera enlevé" pour être confié "à un peuple qui lui fera porter son fruit". Mt 21,43.

Rappelle-toi de la très douce Flamme
Que tu voulais allumer dans les cœurs
Ce Feu du Ciel, tu l’as mise en mon âme
Je veux aussi répandre ses ardeurs
Une faible étincelle, ô mystère de vie
Suffit pour allumer un immense incendie
Que je veux, ô mon Dieu
Porter au loin ton Feu
(Jésus mon Bien-Aimé, rappelle-toi, PN24)

Je voudrais dans le sanctuaire
Me consumant près de mon Dieu
Toujours briller avec mystère
Comme la Lampe du Saint Lieu...
Oh ! bonheur... en moi j’ai des flammes
Et je puis gagner chaque jour
A Jésus un grand nombre d’âmes
Les embrasant de son amour. PN 25