Vierges sages : "quand il viendra, trouvera-t-il l’amour sur la terre ?"

Le passeport pour le Royaume des cieux, c’est l’Amour ; non un amour humain, mais un amour divin. Les 10 âmes de la parabole sont "christophores", illuminées dans leur profondeur par la Flamme d’amour qui est la vie même de Dieu : « La virginité de la chair appartient à un petit nombre, la virginité du cœur doit être le fait de tous. » Saint Augustin.

Les vierges sages s’endorment mais leur coeur veille : il demeure dans l’Amour.

Elles ont recherché cet Amour comme un trésor pendant leur vie sur terre (eucharistie, abandon dans la prière...), l’ont mis à la première place dans leur vie, leur coeur.

JPG - 34.4 ko

L’Amour véritable est agapè, c’est-à-dire kénose. C’est dans la mesure où ces âmes ont connu le vide, le dépouillement, qu’elles brûlent d’amour pour Dieu.

Cet anéantissement prend diverses formes : nuit de la foi, souffrance vécue avec le coeur, sacrifice de la volonté, renoncement aux plaisirs sensibles et à la gloire du monde... "Pour survivre, l’amour doit se nourrir de sacrifices" Mère Teresa

« Je ne vous connais pas » : ces âmes ont la pureté de coeur mais leur "diminution" n’est pas assez intense pour entrer dans les seuils plus profonds de l’union à Dieu. Ces imprévoyantes "ne se sont douté de rien" Mt 24,39, elles se sont laissé séduire par l’esprit du monde (succès, consommation, volontarisme spirituel...).

Ces serviteurs qui gardent leur lampe allumée, le maître les fera passer à table Mc 12,35  ; il versera son Amour dans l’outre de leur coeur, leur conférant sa divine ressemblance. Mais auparavant, l’Eglise vivra le temps du veuvage Lc 18,1, celui de "l’enlèvement de l’Epoux". Au sortir de cette épreuve, elle sera recevra un Amour plus intense dans ses profondeurs ; Dieu fera justice à ses élus, en les unissant à la Justice du Fils.

JPG - 92.3 ko

"L’une sera prise, l’autre laissée" Lc 17,35  : "Etre prise" c’est avoir assez de vide
pour que l’amour de Dieu puisse vivre en notre âme.

"Le Royaume est en nous", abandonnons-nous à lui, faisons-lui-confiance.
Ne nous laissons pas séduire les "marchands" qui veulent nous attirer à eux
par des prodiges. Ces personnes "commettent le mal" (mt 7,23) ; elles n’agissent pas
en union avec Dieu, avec l’Amour des profondeurs.

JPG - 37.3 ko

"Un amour fort comme la mort"

"C’est un transport, un assaut d’amour plus élevé que les précédents" qui va rompre le troisième tissu,
afin "d’emporter le joyau, l’âme qui retourne à Dieu", écrit Jean de la Croix (VF, 1,30).

JPG - 34.1 ko

Cet amour s’apparente à une mort. Comme l’écrit saint Augustin, "une vierge a beau être sage, elle ne peut éviter la nécessité de la mort. Qu’elles soient folles, qu’elles soient sages, toutes s’endorment du sommeil de la mort". L’âme séparée du corps connaît la mort : c’est Jésus qui vient à elle, qui l’incorpore dans son amour. Elle n’a qu’à se laisser faire par lui.

" Aussi longtemps que tu le voudras, ô mon Bien Aimé, ton petit oiseau restera sans forces et sans ailes, toujours il demeurera les yeux fixés sur toi, il veut être fasciné par ton regard divin, il veut devenir la proie de ton Amour. Un jour, j’en ai l’espoir, Aigle Adoré, tu viendras chercher ton petit oiseau, et remontant avec lui au Foyer de l’Amour, tu le plongeras pour l’éternité dans le brûlant Abîme de Cet Amour auquel il s’est offert en victime…" (Ms B,5v)

JPG - 10.6 ko

Quand il viendra, Jésus recherchera dans nos coeurs l’étincelle de son Amour.

Thérèse à Van : "Dieu a soif de nos pauvres petits cœurs sortis de ses mains créatrices, où il a déposé une étincelle d’amour provenant du foyer même de son Amour. Son seul désir est de recueillir ces étincelles d’amour et de les unir à son Amour infini, afin que notre amour demeure à jamais dans le sien. Ainsi, la force d’attraction de l’Amour nous attirera dans l’éternelle patrie de l’Amour."

Plusieurs images traduisent ce mariage spirituel :

« Lorsqu’on parvient au véritable amour, l’objet passif de l’amour devient le sujet actif. Oui, si tu es en possession du véritable amour, ton ami viendra te trouver lui-même. » Attar, la Conférence des oiseaux

"Les fleuves d’amour de cette âme sont sur le point d’entrer dans l’océan" (VF, 1,30).

« On dirait l’eau du ciel qui tombe dans une rivière ou une fontaine et se confond tellement avec elle, qu’on ne peut plus ni les diviser ni distinguer quelle est l’eau de la rivière et quelle est l’eau du ciel, ou bien un petit ruisselet qui se jette dans la mer […] » (Château intérieur, VII, 2, 4).

« Il en résulte que l’âme et Dieu ne font plus qu’un, absolument comme le cristal et le rayon de lumière qui le pénètre, le charbon et le feu qui l’embrase, les planètes et la lumière du soleil qui les éclaire." Cantique spirituel 26,4

"En saint Paul 1 Corinthiens 6, 16-17 : « Il est dit : Les deux ne seront qu’une seule chair. Celui qui s’unit au Seigneur, au contraire, n’est avec lui qu’un seul esprit » [Cantique spirituel 22, 3]

"Dieu ne verse sa grâce et son amour dans une âme qu’à proportion des dispositions et de l’amour qu’il trouve en elle. Le véritable amant doit donc faire en sorte que chez lui cette flamme ne manque jamais. Par là il inclinera en quelque sorte Dieu à lui porter toujours plus d’amour et à prendre en lui ses délices." Jean de la Croix - CS 13,12